Samedi 22 juin à 19H30 à la Maison du Livre de Saint-Gilles

2019-5 - Affiche Kairos maison livre 2_page-0001

Concert organisé par l’Académie de musique Arthur De Greef de Saint-Gilles  

FETE DE LA MUSIQUE

Au programme: chansons et polyphonies traditionnelles d’Espagne  

F. GARCIA LORCA; E. FABREZ; Chantal LEVIE : 

 et d’Amérique latine:

G Guevara; Delia Cazenave; Astor Piazzola;  Eugenio Auz Sanchez;  E. Espinn Yépes  Carlos Gustavano; J. A. Rincon

 

 

 

Les mots du chef

« Hâte-toi.

Hâte-toi de transmettre ta part de merveilleux »                René Char

 

Sur la Place Royale face au Mont des Arts, l’église St Jacques sur Coudenberg présente un austère fronton classique aux imposantes colonnes rappelant un temple grec.

A l’intérieur, une douce lumière dorée baigne le choeur.

En ce 2ème dimanche de Pâques, Kaïros y a chanté la « Missa Pro Vivis » d’Alain De Ley, compositeur anversois et directeur artistique du choeur de la VRT.

L’acoustique généreuse de l’église convenait parfaitement à cette oeuvre enracinée dans la grande tradition polyphonique de la Renaissance, qui oscille entre intériorité et expression jubilatoire.

Les dissonances quant à elles rappellent qu’il n’existe pas d’amour sans souffrance, faisant ainsi écho aux lectures du jour.

La « Missa Pro Vivis » dédiée aux vivants, et selon les termes du compositeur, aux survivants, a été écrite alors qu’il était lui-même hospitalisé en oncologie. Elle rend de ce fait un vibrant hommage à la lumière et à la vie.

Elle était dès lors en parfaite adéquation avec la période pascale où la nature célèbre avec splendeur le retour à la vie.

Deux oeuvres contemporaines encadraient la « Missa Pro Vivis »: « The Lord’s Prayer «  de J.Tavener et « Salve Regina » de K.Bikkembergs, apportant à la célébration un caractère méditatif.

 

P1070976

Dimanche 28 avril 2019 11H Messe polyphonique à Saint-Jacques-sur-Coudenberg, Place Royale

Au programme:    Missa Pro Vivis d’Alain De Ley et quelques motets.

Première Création à Bruxelles

Missa pro vivis_page-0001
Alain De Ley, né en 1961, est directeur artistique du choeur de la Radio flamande.

« Durant la période où j’ai écrit cette messe, peut-on lire sur son site, j’ai été en contact avec de nombreux patients atteints de cancer, des médecins et du personnel médical travaillant en oncologie.

Tant de messes ont été écrites pour les défunts et j’ai pensé que c’était une bonne idée d’écrire une « Missa pro vivis » pour les (survivants). Pour ceux qui se battent tous les jours et pour tous ceux qui les aident de façon désintéressée et avec beaucoup d’amour et de chaleur.

La messe est principalement sereine et simple, pas de rhétorique lourde, surtout beaucoup d’espoir et de chaleur. »

Les mots du chef

Sur une butte herbeuse, à l’écart de l’agitation de la place Keym, se trouve une authentique église romane dont les fondations remontent à l’époque mérovingienne. C’est à Saint Clément, Watermael-Boitsfort, que l’ensemble vocal Kaïros a donné un concert le jeudi 6 décembre, au profit des oeuvres caritatives de l’association « Femmes d’Europe ». Le programme en deux parties a emmené le public en voyage à travers la Hongrie et l’Espagne.

Kaïros a d’abord proposé des oeuvres de Bardos, Kodaly et Ligeti, trois compositeurs dont les noms sont associés à la riche tradition musicale hongroise empreinte de poésie, d’ardeur toute juvénile et de mélancolie.

La deuxième partie consacrée à l’Espagne a révélé plusieurs facettes d’un paysage polyphonique peu connu en Belgique: des oeuvres sacrées de Javier Busto, compositeur basque autodidacte, des mélodies populaires, et pour terminer, des pièces inspirées par les textes de F.G.Lorca, grand poète décédé tragiquement durant la guerre civile.

On soulignera en particulier «  Campo », une composition de Chantal Levie, qui illustre à merveille l’univers si particulier du poète où sensualité, mystère et fascination de la mort sont étroitement mêlés: « Noche verde, lentas espirales moradas tiemblan en la bola de vidrio del aire y en las cuevas dormitan las serpientes del ritmo. »

Les dimensions et l’acoustique exceptionnelle de l’église ont mis admirablement en valeur ce programme à la fois original et de grande qualité artistique.

En guise d’introduction, le tout nouvel ensemble Vox-Pat sous la direction de Charlotte Messiaen a interprété quelques chants de Noël hongrois, et les deux choeurs se sont réunis en fin de programme pour un Noël Nouvelet plein d’entrain, clôturant ainsi une fort belle soirée.

Concert à l’église romane Saint Clément Watermael Boitsfort jeudi 6 décembre à 19H

Eglise ST CL2MENT-001eglise_saint-clc3a9ment_de_watermael-boitsfort_-_011.jpg

50 rue du Loutrier – 1170 WatermaelBoitsfort, près de la place Keym.

L’ensemble Kairos interprètera des morceaux repris à ses derniers concerts autour de Garcia Lorca, ainsi que des pièces populaires hongroises. Nous terminerons par quelques chants de Noëls.

Ce concert est organisé par le mouvement « Femmes d’Europe » et ses bénéfices serviront à soutenir leurs divers projets d’aide aux femmes du monde.

Femmes d’Europe cliquer

 

Les mots du chef

C’est à la Maison du Livre de Saint-Gilles que l’ensemble vocal Kaïros à clôturé sa saison musicale avec un programme consacré au poète et musicien espagnol Federico Garcia Lorca. Le lieu dédié aux rencontres littéraires convenait parfaitement à ce genre de manifestation, car il mettait en valeur autant les textes poétiques que la musique.

Les thèmes sombres qui hantent la poésie de Lorca, et notamment l’angoisse de la mort omniprésente, alternaient avec des mélodies traditionnelles, où le charme, l’humour et la fraîcheur de la verve populaire espagnole transparaissaient à chaque instant. Un  public nombreux et attentif a accueilli avec enthousiasme la belle prestation de l’ensemble.

Le jeune guitariste Pedro Da Silva Soares et la récitante Monique Manceaux se sont intégrés avec bonheur à l’ensemble, l’un en accompagnant le Romancero Gitano et les chansons populaires de Lorca à la guitare, l’autre en déclamant les vers du grand poète pour les rendre accessibles au public.

L’atmosphère intimiste d’un salon littéraire a été parfaitement rendue, pour le plus grand plaisir des auditeurs!

Les mots du chef 4 juin 2018

En venant de l’avenue Louise, pénétrer dans l’enceinte de l’abbaye de La Cambre est littéralement comme une plongée dans les siècles passés. Un sentier escarpé, serré entre un mur de pierre séculaire et les grands arbres qui laissent apparaître ça et là un pan de mur ou un bout de clocher, s’enroule autour de l’église abbatiale et débouche sur la cour d’honneur.

C’est dans ce lieu exceptionnel que l’ensemble vocal Kaïros a donné le dimanche 3 juin à 17h un programme intitulé « Les mystères de l’âme espagnole: Federico Garcia Lorca, poète et musicien » dans le cadre du festival « Les petites heures de La Cambre ».

Les deux premières pièces de musique sacrée (un Ave Maria suave et un De Profundis poignant de Javier Busto) permettaient de faire le lien entre ce haut lieu de spiritualité et la poésie de Lorca enracinée dans la terre et l’histoire tragique de l’Espagne à l’époque de la guerre civile.

Les poèmes admirablement mis en musique par le Finlandais E.Rautavaara, et l’Italo-Américain Castelnuovo-Tedesco ont été interprétés avec maîtrise et passion par l’ensemble vocal Kaïros, secondés pour l’occasion par la récitante Monique Manceaux et le guitariste Pedro Soares.

Ce concert illustrait parfaitement les liens étroits qui existent entre musique et spiritualité, entre l’expression des joies et des souffrances humaines et l’aspiration au divin présente dans le coeur de l’homme.

Marguerite Rey, organisatrice du concert, notait ceci en guise d’introduction:

« Quand l’Amour est parti … que reste t’il ? La peur au ventre, la solitude, la mort qui guette au coin des rues, le chagrin langoureux, la pluie de larmes  … Quand l’Amour est parti … tangue la procession seul recours aux coeurs meurtris …

Cette superbe évocation de l’âme espagnole transcende le temps et l’espace, ainsi que le de profundis d’ouverture porte l’universelle souffrance des victimes innocentes emportées par la déraison et les guerres fratricides. »